For the description of the collective writing project, click here.
To read the first story from Second-Hand Body, click here.

E-babel

A play by Driss Ksikes 

An empty stage. On a squared screen, as in a monitoring booth, several videos appear in an array, showing: seagulls whirling above an agitated ocean around a desert island; a scale model of the Babel Tower that has been virtually reconstituted; five men in conclave around a large table, and a lightly dressed woman standing in front of the open emptiness. From the conclave, a voice speaks in front of the screen, and soon after the woman turns around…

Come back, Abla …
There is no more war
Hope is reborn
We need your voice …

(The screens go blank. Abla appears on stage, alone, standing before emptiness, with a straw hat on the head, a sling bag on the shoulder. Each time, she takes a sheet of paper and transforms it into a bird. The sound of the waves and the seagulls is now heard in the background.)

Abla: I could hardly wait until a free way opened up, until the platform stopped suffocating me, and until its dwellers, who keep proliferating day after day, stopped watching me. When I realized that I could be alone with the birds of Atlantis, I gave up everything, my titles above all, and have come here to listen to their symphony. 

(On the other side of the stage, there appears Sam, wearing the apparel or a
noble man from the Orient. He is followed by a secretary who takes note of all that he says on a tablet)

Sam: To all the visitors or the platform we make this urgent call: let us stop watching souls half in peace, wandering behind walls standing in half only . Let us rebuild Babel together. Let us recover this human desire to touch the sky while we are still alive. ( Exits )

(Every time, Abla takes out a paper bird from her bag and sends it towards the sky.
The sound of the waves and of the seagulls can be heard in the background.
Sam joins her without taking notice of his presence)

Sam: Sad is the sound of the seagulls.

Abla: No, it’s clamor of their pleasure. It fills the air.

Sam: What are you doing? 

Abla: I am jotting down desires on paper.

Sam: And what’s written on them?

Abla: May the people I love never land in a graveyard.

Sam: But everyone is bound to land in a graveyard someday.

Abla: Not the people with heads full of dreams

Sam: Is that so? 

Abla: Their dreams allow them to take flight.

Sam: And what makes you think so?

Abla: The birds, when they flap their wings.

(Sam draws closer to her.
Abla glances at him from the corners of her eyes)

Sam: I am aware that you know how to decipher the language of birds.

Abla: How do you know?

Sam: I have read something along these lines on your profile.

Abla: What profile?

Sam: On the platform

Abla: I have erased everything.

Sam: You can’t erase everything

Abla: I don’t intend to go back.

Sam: You will never be able to leave. The platform is like an octopus. As soon as it has been detected an inkling of life, it promptly decodes its longing.

Abla: I have cut the wires.

Sam: But you have left your prints.

Abla: What prints?

Sam: Your pseudonym has not disappeared. You are still registered as “the Lioness of Atlantis ” And your last message has been registered on the cloud: “I am going to rejuvenate myself at some spot on the sea-front, on my dream island.”

Abla: I have been fled from the platform because I was being stalked solely for my body.

Sam: The platform is a very large mansion with a thousand windows.

Abla: A virtual whorehouse, without exit.

Sam: With countless screens to escape from.

Abla: The screen clung to me. I could no longer find a blind spot where to retreat.

 

 (She went to a corner and applied herself to
making paper birds in series)

 

Abla: ( Weary) 

And who might you be?

Sam: Sam … a white 

Abla: A white man, from the West?

Sam: No, a white knight, a benevolent pirate.

Abla: And what is your pseudonym?

Sam: Moulay Abdelkader.

Abla: The Saint of Baghdad?

Sam: In the flesh. But a white knight , as a calling.

Abla: And to what do I owe the honor of your visit?

Sam: We need you.

Abla: Where?

Sam: In Babel.

Abla: Babel is no longer in existence.

Sam: We are bringing it back to life.

Abla: Who, you? 

Sam: We, the five developers of the Babel Tour .

Abla: the Babel Tour

Sam: A stately divine tour —ancestral and renewed.

Abla: Why you, in particular?

Sam: We are the only ones to hold the titles of saints

Abla: These are just sacred pseudonyms that give you the illusion of power.

Sam: They take us a step ahead, above all…

Abla: Saints, just by name…

Sam: Everything is a question of names. And these pseudonyms give us the exclusive and inalienable right to this ancient heritage. It is the law in our place.

Abla: But why revive Babel today?

Sam: There is no war anymore. We now have a better possibility of selling the past.

Abla: And what do you intend to sell exactly?

Sam: An ascent towards the seven heavens by way of a spiral staircase

Abla: That alone!

Sam: This should be of interest to you – if you spend your time speaking casually to these souls who fly in the air.

Abla: Forget about my birds. They have nothing to do with this.

Sam: In Babel, people would be able to discover each stage in a language and to get the feeling of touching the heavens when they come to the summit.

Abla: And will you really rebuild the tower?

Sam: No, we propose a remote access to a tour.

Abla: And why not a tower with hard materials?

Sam: We are afraid of the tower, if erected entirely, would be invisible summits and that each people, spoke the languages ​​of others only half-heartedly, would be fancy themselves as the lords of the heavens and resort to killing one another.

Abla: And what would this remote tour be like — ascension?

Sam: Levitation. 

Abla: And why would the visitors or the platform buy this tour, and not another?

Sam: The heaven is only accessible in the Orient.

Abla: And so what?

Sam: Offering them the chance to come close to heaven during their lifetime without shedding a drop of blood is priceless.

Abla: But they don’t need such a merry-go-round to access the heaven …

 

(She takes out some paper birds and tosses them
towards the sky at a swifter pace)

 

Sam: However, for the merry-go-round to work, we need you.

Abla: And what will I be doing in there?

Sam: You are one of the seven chosen ones. And you can speak all the languages.

Abla: No more. I do not speak any other language than the language of birds.

Sam: This is exactly why we have chosen you. The language of birds may give them the illusion of accessing the seventh heaven.

Abla: Even if most people believe they must speak their sacred language to access the seventh heaven?

Sam: You want to know how to sing like a bird. Chant is the best language people listen to get about themselves.

Abla: But there may not be any more birds in the skies of the Orient, after all these wars.

Sam: It is not reality that matters, but what we make of it. All it takes for Babel to be reborn is to re-invent the birds by means of your voice.

Abla: More than humans, birds are quick to realize when they are being manipulated.

 

(Silence. She looks up to the sky and reads to him the messages on her mobile
phone)

Sam: And where does your passion for birds come from?

Abla: From a tale

Sam: Which one? 

Abla: Of the Simorgh.

Sam: And what does it say?

Abla: A tale is long, you know

Sam: You have a beautiful voice.

Abla: You are no longer in a hurry?

Sam: Eager to hear you. Go ahead and tell me …

Abla: (looking up to the sky afresh) 

The Simorgh was a rainbow-like bird, with wings stretching to reach out to both the bottom of the sea and the seventh heaven. They came close to the sun without ever being burned. The bright colors of the world radiated onto it. But no bird that we know or has ever succeeded in becoming like a simorgh. The guided all of them towards light, in the quest after truth. And when they arrived, they asked themselves to see in the reflections which appeared before them. Truth was within them but they have disdained it…

Sam: Are you in search of your truth?

Abla: I am looking for this weird bird which would help me find it.

Sam: Or a saint to help you come close to it…

Abla: A saint would only put me into a cage.

Sam: Or help you ascend to the seventh heaven

Abla: This is but an image. I am not a tourist whom you might sell your mirages to.

Sam: What if you could be the hostess in seventh heaven and behold the Simorgh, too.

Abla: Never. As soon as I have seen him, I would no longer be able to dream about him.

Sam: But, after all, we have the same celestial dream.

Abla: Not really. You are looking to set up a market and I am looking to build a refuge.

Sam: I suggest you simply bring a bit of your Oceanic breeze to our Oriental desert.

Abla: I am not the seller of the Oriental charms that you fancy.

Sam: That’s what you think. Even with your birds’ tale, all you do is rent the wisdom of the Orient. 

Abla: I do it in pursuit of truth.

Sam: Truth exists nowhere.

Abla: It does. In the small voice which whispers the meaning of life to me.

(She moves further away and starts attempting to sing without lyrics)

Sam: (applauds) Beautiful. This would be enough for people to flock to the Babel tour.

Abla: I am not doing it for them.

Sam: For us, then…

Abla: Who, you?

Sam: The white knights … the saints of Babel.

Abla: Not even for you.

Sam: Who would you do it for, then?

Abla: For the dreamers who soar in the sky expecting nothing.

Sam: The Simorgh is only a tale.

Abla: And Babel, a mere chimera.

Sam: You are depressed.

Abla: I am taking heed.

Sam: From what?

Abla: From expectations

Sam: Everyone is expecting Babel to be born within the platform.

Abla: I expect nothing from a platform that deprives people or their conscience.

Sam: You are rambling.

Abla: I am no more the Lioness of Atlantis, which my profile describes.

Sam: Our identities pile up but don’t cancel out another. We are all doomed to become what we have never been. 

Abla: Whoever has called the shots?

Sam: The platform designers.

Abla: I am not at their mercy.

Sam: All of us are actually.

Abla: Not me.

Sam: The screen is a second skin to you, as you say? Make of it your shedding.

Abla: (She screams)

I am already elsewhere, I am telling you.

(She runs in an attempt to get out but an external force brings her to a halt.  She tries again taking different directions. Each time she is halted in her momentum.
She loses her mind, screams, freaks out, and looks out for an exit, in vain. Meanwhile, Sam reads the messages on his portable phone).

Sam: As many as 201,380 people have already endorsed the call. The Babel will be launched. We will be waiting for you to help us bring back life to it.

(Abla sings tunes without lyrics, emits the sounds of birds.
Seemingly perceiving a gap, she attempts to work out the way by jumping,  but stands still, much like a spider caught up in its web). 

                                                                                                                              End

Translated into English by Saber El Asri

 

E-babel 

By Driss Ksikes
Scène vide. Sur un écran quadrillé, comme dans une cabine de surveillance, apparaissent tour à tour des vidéos, de mouettes qui voltigent au dessus d’un océan agité aux abords d’une île déserte, de la maquette de la tour de Babel reconstituée virtuellement, de cinq hommes en conclave qui se mettent autour d’une grande table, et d’une femme légèrement habillée, debout devant le vide. Du conclave, une voix parle devant un écran, et aussitôt la femme se retourne …

Reviens, Abla …
Il n’y a plus the guerre
L’espoir renaît
Nous avons besoin de ta voix …

 

(Les écrans s’éteignent, apparaît sur scène Abla, seule, debout devant le vide, un chapeau de paille sur la tête, un sac en bandoulière sur l’épaule, sortant à chaque fois un papier qu’elle transforme en oiseau. Le son des vagues et des mouettes est en arrière plan. Elle parle aux oiseaux en papier comme si elle se parlait)


Abla : Je n’en pouvais plus d’attendre qu’une voie libre se dessine. Que la plateforme cesse de m’étouffer. Que ses habitants qui se multiplient chaque jour cessent de me surveiller. Quand j’ai su que je pouvais être seule avec les oiseaux d’Atlantide, j’ai tout abandonné, mes titres surtout, et suis venue écouter leur symphonie. 

 

(De l’autre côté de la scène, apparaît Sam, portant l’habit d’un notable d’Orient.
Il est suivi par un secrétaire qui note ce qu’il dit sur une tablette)

Sam : Nous lançons à tous les visiteurs de la plateforme cet appel urgent : cessons de voir errer, derrière nos murs à moitié en place, des âmes à moitié en paix. Reconstruisons ensemble Babel. Retrouvons tous le désir humain de toucher le ciel, alors qu’on est encore en vie. (Il sort)

 

(Abla ressort à chaque fois de son sac un oiseau en papier et le lance
vers le ciel. Le son des vagues et des mouettes est en arrière plan.
Sam la rejoint sans qu’elle s’aperçoive de sa présence)

 

Sam : C’est triste le son des mouettes.

Abla : Non, c’est le bruit de leur plaisir. Ça emplit l’air. 

Sam : Qu’est-ce que tu fais ? 

Abla : Ce sont des désirs en papier que je leur balance. 

Sam : Et qu’est-ce qui est écrit dessus ?

Abla : Que jamais les gens que j’aime n’atterrissent dans les cimetières.  

Sam : Mais tout le monde finit par atterrir dans un cimetière.

Abla : Pas les gens qui ont des rêves plein la tête.

Sam : Comment ça ? 

Abla : Leurs rêves leur permettent de s’envoler. 

Sam : Qu’est-ce qui te le fait croire ?

Abla : Les oiseaux quand ils battent leurs ailes.

(Sam se rapproche davantage d’elle.
Abla le regarde d’un coin de l’œil)

Sam : Je suis au courant que tu sais déchiffrer le langage des oiseaux.

Abla : Comment le sais-tu ?

Sam : J’ai lu quelque chose comme ça sur ton profil. 

Abla : Quel profil ? 

Sam : De la plateforme.

Abla : J’ai tout effacé. 

Sam : Impossible de tout effacer. 

Abla : Je ne compte pas revenir.

Sam :   Tu ne pourras jamais partir. La plateforme est comme une pieuvre. Dès qu’elle détecte une once de vie, elle en décode l’envie. 

Abla : J’ai coupé les fils. 

Sam : Mais tu as laissé des traces. 

Abla : Quelles traces ? 

Sam : Ton pseudo n’a pas disparu. Tu es toujours inscrite comme « La lionne des atlantides ». Et ton dernier message a été enregistré sur le Cloud : « je pars me ressourcer face à l’océan, sur mon île rêvée ».

Abla : J’ai fui la plateforme parce que je n’y étais traquée que pour mon corps. 

Sam : La plateforme est une très grande maison aux mille fenêtres. 

Abla : Une maison close, virtuelle, sans issue. 

Sam : Avec plein d’écrans pour s’évader.

Abla : L’écran me collait à la peau. Je ne pouvais plus trouver de coin aveugle pour m’isoler. 

 (Elle se met dans un coin et fabrique
de nouveaux oiseaux en papier en série)

Abla : (Excédée)

Et t’es qui, déjà, toi ? 

Sam : Sam … Un blanc.

Abla : D’Occident ? 

Sam : Non, un chevalier blanc, pirate bienveillant. 

Abla : Et c’est quoi ton pseudo ? 

Sam : Moulay Abdelkader.

Abla : Le saint de Bagdad ? 

Sam : En personne. Mais fonction, chevalier blanc.

Abla : Et que me vaut cet honneur ? 

Sam : Nous avons besoin de toi.

Abla : Où ?

Sam : A Babel 

Abla : Babel n’existe plus. 

Sam : Nous lui redonnons vie. 

Abla : Qui vous ? 

Sam : Nous, les cinq promoteurs du tour de Babel.

Abla : Le tour de Babel ? 

Sam : Un grand tour divin, ancestral, renouvelé.

Abla : Pourquoi vous ? 

Sam : Nous sommes les seuls à porter les titres de saints 

Abla : Des pseudos sacrés qui vous donnent une illusion de puissance.

Sam : Surtout une longueur d’avance …

Abla : Des saints, juste de nom …  

Sam :  Tout est une affaire de noms. Et ces pseudos nous donnent exclusivement un droit inaliénable sur cet héritage ancien. C’est la loi chez nous.

Abla : Et pourquoi faire revivre Babel aujourd’hui ? 

Sam :   Il n’y a plus de guerre. On a enfin la possibilité de mieux vendre le passé. 

Abla : Et vous vendrez quoi au juste ? 

Sam :   Une montée en colimaçon vers les sept cieux. 

Abla : Rien que ça.

Sam :  Ça doit te parler à toi qui passes ton temps à tutoyer ces âmes qui voltigent au ciel. 

Abla : Oublie mes oiseaux. Ça n’a rien à voir.

Sam :   Dans le babel, les gens pourront découvrir chaque étape en une langue et avoir la sensation, quand ils arrivent au sommet, de toucher le ciel.

Abla : Et vous reconstruisez la tour en vrai ?

Sam : Non, nous proposons un tour à distance.

Abla : Et pourquoi pas une tour en dur ? 

Sam : Nous avons peur que la tour de nouveau érigée en entier atteigne des sommets invisibles et que les humains ne parlant la langue des autres qu’à moitié se prennent pour les maîtres des cieux et en viennent à nouveau à s’entretuer.

Abla : Et ce tour à distance, il ressemblerait à quoi ? A une ascension ? 

Sam : A une lévitation.

Abla : Et pourquoi les visiteurs de la plateforme achèteraient-il ce tour là et pas un autre ? 

Sam :   Le ciel n’est accessible qu’en Orient.

Abla : Et alors ? 

Sam : Leur offrir de s’approcher du ciel de leur vivant sans verser une seule goutte de sang n’a pas de prix.

Abla : Mais ils n’ont pas besoin d’un tel manège pour accéder au ciel … 

 

(Elle ressort des oiseaux en papier et les lance
 à une cadence plus accélérée vers le ciel).

Sam : Par contre, nous avons besoin de toi pour que le manège fonctionne.

Abla : Et qu’est-ce que j’irais foutre dedans ? 

Sam :   Tu es l’une des sept élues. Et tu parles toutes les langues. 

Abla : Je ne veux plus parler que la langue des oiseaux.

Sam :   C’est exactement pour cela que nous t’avons choisie. La langue des oiseaux peut leur donner l’illusion d’accéder au septième ciel. 

Abla : Même si la plupart croient qu’il faut parler leur langue sacrée pour accéder au septième ciel ?

Sam :   Tu sauras chanter comme un oiseau. Le chant est la meilleure langue que les gens écoutent pour s’oublier. 

Abla : Mais, après toutes ces guerres, il n’y a peut être plus d’oiseaux dans le ciel d’Orient.

Sam :   Ce n’est pas la réalité qui compte mais ce qu’on en fait. Il suffit que tu réinventes par ta voix les oiseaux pour que Babel renaisse. Il suffit que tu rechantes pour que les oiseaux reviennent.

Abla : Les oiseaux sentent mieux que les humains quand on les manipule.

(Silence. Elle regarde le ciel. Et lui lit
les messages sur son téléphone portable)

Sam : Et d’où te vient cette passion des oiseaux ? 

Abla : D’un conte.

Sam : Lequel ?

Abla : Du simorgh

Sam : Il dit quoi ? 

Abla : C’est long, un conte 

Sam : Tu as une belle voix

Abla : Tu n’es plus pressé ?

Sam : Impatient de t’entendre. Vas-y, raconte …

Abla :  (En regardant le ciel à nouveau)
Le simorgh était un oiseau arc-en-ciel. Ses ailes touchaient autant le fond marin que le septième ciel. Elles se sont approchées des rayons du soleil sans se faire brûler. Les couleurs vives du monde l’irradiaient. Mais aucun oiseau que l’on connaisse n’a jamais réussi à lui ressembler. Il les a tous guidés vers la lumière, en quête de la vérité. Et quand ils y sont arrivés, le simorgh leur a demandé de se regarder dans les reflets qui leur étaient renvoyés. La vérité était en eux et ils l’avaient dédaignée … 

Sam :   Tu cherches ta vérité ? 

Abla : Je cherche l’oiseau rare qui m’aiderait à la retrouver. 

Sam : Ou d’un saint pour mieux t’en approcher …

Abla : Un saint ne ferait que me mettre en cage. 

Sam : Ou t’aider à monter au septième ciel

Abla :   Ce n’est qu’une image. Je ne suis pas une touriste à laquelle tu pourrais vendre tes mirages. 

Sam : Et si tu pouvais être l’hôtesse du septième ciel et y voir le simorgh en plus ?

Abla : Jamais. Dès que je le verrai, je ne pourrai plus en rêver.

Sam : Mais nous avons finalement un même rêve, céleste. 

Abla : Pas vraiment. Tu cherches à monter un marché et moi à bâtir un refuge. 

Sam : Je te propose juste de ramener un peu de ta brise océanique à notre désert d’Orient.

Abla : Je ne suis pas la vendeuse de charmes d’Orient, que tu imagines.

Sam : C’est ce que tu crois. Même avec ton conte d’oiseaux, tu ne fais que louer les sagesses d’Orient. 

Abla : Je le fais en quête de vérité.

Sam : La vérité n’existe nulle part.

Abla : Si. Dans la petite voix qui me chuchote le sens de ma vie.

(Elle s’éloigne davantage et commence
à tenter de chanter sans paroles)

Sam :   (Applaudit)

C’est beau. Cela suffirait pour que les gens affluent au tour de Babel.

Abla : Je ne le fais pas pour eux.

Sam : Pour nous, alors.

Abla : Qui vous ? 

Sam : Les chevaliers blancs … les saints du Babel

Abla : Même pas. 

Sam : Pour qui le ferais-tu alors ? 

Abla : Pour les rêveurs qui s’envolent dans le ciel et n’en attendent rien. 

Sam : Le simorgh n’est qu’un conte.

Abla : Et le Babel, une chimère.

Sam : Tu déprimes ? 

Abla : Je me préserve. 

Sam : De quoi ? 

Abla : Des attentes. 

Sam : Tout le monde attend que le Babel naisse dans la plateforme.

Abla : Je n’attends rien d’une plateforme qui ôte aux gens leur conscience.

Sam : Tu divagues.

Abla : Je ne suis plus la lionne des atlantides que mon profil décrit. 

Sam : Nos identités s’augmentent mais ne s’annulent pas. Nous sommes tous condamnés à devenir ce qu’on n’a jamais été. 

Abla : Qui l’a décidé ?

Sam : Les concepteurs de la plateforme.

Abla : Je ne suis pas à leur merci. 

Sam : Nous le sommes tous.

Abla : Pas moi.

Sam :  L’écran est ta deuxième peau, tu dis ? Tu feras ta mue. 

Abla :   (Elle crie)
Je suis déjà ailleurs, je te dis. 

 

(Elle court, essaie de sortir puis une force extérieure l’arrête net.
Elle réessaie dans plusieurs directions. Elle est à chaque fois stoppée dans
son élan. Elle perd la raison, crie, s’affole, cherche une issue en vain.
En même temps, Sam lit les messages sur son téléphone portable)

Sam: Ils sont déjà 201,380 à souscrire à l’appel. Le tour de Babel se fera. On t’attendra pour nous aider à lazy redonner vie. 

 (Abla chante sans paroles, émet des sons d’oiseaux,
croit apercevoir une fente, essaie de se frayer un chemin
 and sautant puis reste figée, comme une araignée capturée par sa toile)

                                                                                                                                      Fin